Tag Archives: gateau

Gâteau norvégien à la rhubarbe

16 Mai

A défaut d’avoir pu aller à Oslo à cause du gentil volcan Eyjafjöll (allez-y prononcez le!), je me suis régalée avec ce gâteau de nos amis les Norvégiens… Je suis tombée sur la recette dans ce joli blog Cooking Books


 

 

Ingredienser : (« Ingrédients » pour les pauvres incultes qui ne savent pas parler norvégien)

160g de farine    **   60g de beurre fondu

80mL de lait demi écrémé    **    2 œufs

1 cuiller et demi de levure chimique    **    ~ 180g de sucre

2 bâtonnets de rhubarbe coupés en petits morceaux et laissés macérer dans un sirop (eau+sucre)

J’y ai ajouté pour ma part : 3 petites fraises et 3 cuil à soupe de noisettes en poudre (de l’amande aurait été meilleure)

 

 

La oss kokk ! (« Let’s cook », merci google translation, si ça se trouve je viens de dire « Salut les morues » en norvégien…)

1/ Faites cuire votre sirop, une fois fait, déposez y les petits morceaux de rhubarbe et laissez macérer une bonne heure voire plus.

2/ Mélanger dans un saladier, les oeufs et le sucre jusqu’à obtenir un mélange mousseux, jaune pâle. Ajoutez le beurre fondu et le lait tout en mélangeant. Ajoutez ensuite la farine, la levure et la poudre de noisettes.

3/ Préchauffez le four à 180°. Dans un moule beurré, versez la préparation. Égouttez la rhubarbe et déposez sur la pâte vos petits morceaux de rhubarbe et fraise de façon à recouvrir entièrement la surface de la pâte.

4/ Enfournez pour 30 à 35 minutes à 180°. Laissez refroidir. Vous pouvez servir vos parts nappées du sirop à la rhubarbe (bon ok, ça fait un peu sucré sur les bords j’abuse…)

Elle se sent seule dans ce corps qu’elle traîne littéralement. Elle veut une place dans ce monde. Il a perdu une part de lui même et porte un lourd secret dont il essaie de débarrasser son corps. Il ne veut pas faire partie du monde. Ses amis sont les nombres. Ils se croiseront, se reconnaitront, partageront leur solitude et s’éloigneront. Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes. Ils occupent leur place dans la série infinie des nombres naturels , écrasés comme les autres entre deux semblables, mais à un pas de distance[…]il avait appris que certains nombres premiers ont quelque chose de particulier.

Les mathématiciens les appellent « premiers jumeaux ».

Il pensait qu’elle et lui étaient deux nombres premiers jumeaux, isolés et perdus, proches mais pas assez pour se frôler vraiment.

(Paolo Giordano, La solitude des nombres premiers. Avril 2010)

Publicités

Quatre-quarts

25 Mar

Pourquoi, hein, pourquoi les plus délicieux gâteaux ont besoin de tant de beurre ? !!! Et surtout, pourquoi dans une période de craquage total j’ai choisi le quatre-quarts ? (ma voix intracorporelle me dit que c’est parce qu’il est cruellement trop délicieusement BON!), le quatre kilos ouais ! C’est ce que risque de me dire ma balance quand j’aurais enfin le courage de monter dessus après ce craquage de slip interstellaire ! M’enfin faut se faire plaisir dans la vie, et d’ici là mon ami le vélo aura fait son boulot…

Ingrédients

250g de farine

250g de beurre demi sel mou

250g de sucre en poudre (pour là j’ai utilisé 200g de vergeoise, pas très convaincant)

3 oeufs (l’équivalent de 250g)

1 sachet de levure chimique, et 1 sachet de sucre vanillé

Le préparage

Mélangez le sucre et le beurre pour avoir une jolie pommade. Y ajouter la farine progressivement, puis une fois la farine incorporée, ajouter la levure et le sucre vanillé. Ensuite, les oeufs un à un. Vous obtiendrez une bonne pâte lisse et soyeuse, ni trop liquide ni trop épaisse. Versez la dans un moule à cake ou dans des mini moules. Faites cuire 30min à 200° pour les minis et environ 50min pour le grand quatre-quarts. (Toujours surveiller la cuisson, en veillant à ne pas ouvrir le four les 20 premières minutes). Laissez refroidir à la sortie du four et savourez (oui, savourez ces 4 kilos de douceur !)

Cornes de gazelle by Choumicha

3 Mai

Je traduirais dans cette rubrique les recettes de Choumicha pour ceux et celles qui ne sont pas arabophones.

Pour info, Choumicha anime désormais une émission culinaire en français

« La cuisine de Choumicha » sur CuisineTV.

Pour les cornes de gazelle by Choumicha, il vous faudra :

La pâte !

250g de farine

1cuil à soupe de miel, 2cuil à soupe d’huile

20g de beurre, 1 oeuf, 1 pincée de sel

1 pincée de gomme arabique

2 cuil à soupe d’eau de parfum (Ma zhar ?)

Un peu d’eau

Alors alors, on met tout en ensemble comme elle fait Choumicha 🙂 à la main ou au robot. Et on ajoute un peu d’eau doucement pour mélanger le tout. Dès que tous les ingrédients sont mélangés les uns aux autres,  sans grumeaux, ne plus ajouter d’eau et continuer à pétrir pour que cela forme une pâte ni liquide ni compacte. Une fois la pate prête, on forme des boules, que l’on recouvre d’un filet d’huile et on laisse reposer un peu.

Pendant ce temps…

La farce !

Alors Choumicha a fait des cornes de gazelle un peu différentes de celles que l’on croise habituellement. Ce qui change ? Un petit goût de noisette qui vient se mêler à l’amande et à la fleur d’oranger plus traditionnels. On va pas se gêner hein… Alors pour faire ce ptit tour de magie, on va faire du praliné (qui donnera ce petit goût de noisette).

Pour le praliné : faites griller 100g d’amandes au four quelques minutes, puis à chaud, les mixer à 100g de sucre.

Pour le reste de la farce : Mixer 500g d’amandes mondées avec environ 200g de sucre en poudre (le praliné est assez sucré donc inutile de trop mettre de sucre ici, mais normalement, si on ne met pas de praliné, c’est 1/2 de sucre pour 1 d’amandes, me suis-je bien faite comprendre? De même que si on n’utilise pas de praliné (par flemme ou par manque d’amandes) on devra utiliser environ 60g de beurre fondu pour former une « pâte d’amande » ). Ajouter donc le praliné, une pincée de gomme arabique et quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger. Mélanger tout ça et former vos petits batonnets.

Pour l’assemblage, je vous invite à bien observer la démonstration de Choumicha à partir de la 7ème minute, rien ne vaut une bonne vidéo, même si on n’en comprend pas la langue. La déco est facultative. Une fois vos cornes formées, laissez reposer environ 12 heures. Enfournez à 170° pendant une douzaine de minutes. N’oublier pas de faire des piti trous avec une aiguille ou un cure-dent (propres hein bien sûr!) pour éviter que ça ne gonfle et se déforme.

Voilà, j’espère que je n’ai pas trop massacré la recette. En même temps, il est 3h du mat, faut pas trop m’en demander. Je re-jetterais un coup d’oeil demain, je serais un peu moins sous l’emprise de………. la fatigue (bah oui!)

A bientôt et bon appétit! (et bonne nuit)